Vous êtes ici : Accueil \ Les Musées \ Bergues, Musée du Mont de Piété

Vous souhaitez lancer une nouvelle recherche

Bergues, Musée du Mont de Piété

Le Musée

Installé dans l'ancien mont-de-piété de la ville, le musée est un bel édifice en brique et pierre, construit au XVIIe siècle d’après les plans de l’architecte, peintre et économiste Wenceslas Cobergher (1557 – 1634). Le pignon de style baroque (1630), les murs épais, les fenêtres aux arcs surbaissés, la toiture en ardoise aux multiples ouvertures en font un témoin original de l'art architectural flamand.

Labellisé "Musée de France", le musée conserve une importante collection de peintures et de dessins du XVIème au XIXème siècle, principalement des écoles du Nord, ainsi qu’une collection d’histoire naturelle.

Les Collections

Les collections réparties sur trois étages proviennent essentiellement de l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Winoc, et des autres couvents de la ville.

La peinture

Un bel ensemble d'oeuvres des écoles du Nord est regroupé autour de tableaux importants :
►Portrait de femme par Peter Soutman
►Saint Casimir en extase par Jean de Reyn (1657).

L'école italienne est représentée par Cerquozzi avec Scènes de taverne.

Le joyau du musée est le Vielleur au chien, le premier de la série des vielleurs peints par Georges de La Tour à partir de 1620.

L'art graphique

Le musée possède également une importante collection de dessins comprenant plus de 1500 feuilles, legs du marchand, peintre et restaurateur de tableaux, Pierre-Antoine Verlinde (1801 – 1877).

Cet important legs comporte de très belles feuilles attribuées à Sebastiano del Piombo, Nicolas Poussin ou Mathieu Van Bree.

Dans le cadre de la numérisation des collections des musées du Nord-Pas de Calais, une grande partie des dessins du musée de Bergues ont été numérisée par l'Association des conservateurs des musées du Nord-Pas de Calais et sont disponibles sur la base Musenor. >>>

Peintres en guerre

Robert Lotiron et Henri Marret

10 MAI 2014 > 26 OCT. 2014

Henri Marret
La Piste, le soir, 1919
Bois gravé en couleurs

Henri Marret (1878 – 1964) et Robert Lotiron (1886 – 1966) ont tous deux été mobilisés lors du premier conflit mondial. Marret le fut en qualité de sous-officier d’infanterie puis de responsable du camouflage de la deuxième armée sur le front de l’Est alors que Lotiron était affecté dans le Nord comme chauffeur. Durant ces quatre années, Marret s’est attaché dans ses gravures sur bois et ses dessins à tenter de représenter l’horreur de la guerre ; Robert Lotiron, lui, a décrit l’arrière, les campements, la vie au quotidien avec les civiles. L’exposition qui réunira une cinquantaine d’oeuvres (gravures, dessins, peintures) confrontera ces deux regards opposés sur un même conflit.

Exposition de photographies hors les murs dans le quartier Saint Martin et à Hôtel de Ville : Bergues pendant la Grande Guerre au même dates que l'exposition.

L'exposition s'inscrit dans l'opération "Guerres et Paix" des musées du Nord - Pas de Calais.
En savoir +

Amédée de La Patellière, Le temps retrouvé

Du 14 juin au 26 octobre 2014

(Coproduction avec La Piscine de Roubaix, Les Musées des Beaux-Arts de Beauvais et Nantes)

L’œuvre de La Patellière (1890 – 1932), réalisé sur à peine dix années, déconcerte par sa diversité et son originalité dans la peinture française de l’entre-deux-guerres. Il n’y a pas chez lui de nostalgie mais de la mélancolie, il ne cherche pas à restaurer une quelconque unité perdue, un âge d’or. Pour lui, la fonction de l’artiste n’est pas seulement de faire des images, mais de rendre compte d’une réalité qui lui appartient en propre et que nourrit un souffle mystique. Si l’on devait situer l’art de La Patellière, on pourrait le définir comme un rameau du romantisme qui aurait intégré le souci d’ordre et de construction du cubisme mais pas son formalisme, le tout étant teinté d’un surréalisme diffus. L’exposition rassemblera une sélection de dessins, dons des descendants de l’artiste