Vous êtes ici : Accueil \ Les Musées \ Dunkerque, Musée des Beaux-Arts

Vous souhaitez lancer une nouvelle recherche

Dunkerque, Musée des Beaux-Arts

Musée des Beaux-arts de Dunkerque. Photo: Ville de Dunkerque

FERMETURE DU MUSEE DEPUIS LE 1er AVRIL 2015
Dans le cadre de la redynamisation de l’offre culturelle de Dunkerque, le MBA est engagé dans un projet de relocalisation vers le futur « pôle muséal Ville-Port » qui nécessite la fermeture de son bâtiment actuel. Une partie de ses collections continuera à rayonner sur le territoire au travers d’expositions et d’accrochages hors les murs.

Le musée

Riche d’un important ensemble de peintures flamandes, hollandaises, françaises et italiennes du XVIeme au XIXeme siècle comme L’Adoration des Mages d’Alessandro Magnasco, Jeune Nègre tenant un arc de Hyacinthe Rigaud (Œuvre ci-contre), Noli me tangere d’Abraham Janssens ou Le Port de Dunkerque d’Eugène Isabey, d’un fonds de plus de 10.000 spécimens d’histoire naturelle, minéraux, animaux naturalisés…, de nombreuses pièces d’arts décoratifs et d’archéologie, dont une rare momie égyptienne de la période romaine recouverte de feuilles d’or, de collections (estampes, photographies, assiettes de sociétés, numismatique…) liées à l’histoire locale et régionale et d’environ 2500 objets venus de tous les continents, le musée des Beaux-Arts surprend par son éclectisme qui reflète tout à la fois l’histoire tourmentée de la ville de Dunkerque et les méandres de la politique muséale en France.

Des collections éclectiques

Les collections du musée se sont constituées progressivement à partir de dons, très nombreux jusque dans l’Entre-deux guerres, de dépôts de l’État et d’acquisitions ciblées qui enrichissent encore aujourd’hui les collections. Si le domaine des beaux-arts est la partie la plus connue de ce fonds patrimonial, les sciences naturelles ainsi que l’ethnographie non-européenne représentent plus de la moitié des collections.

Grâce à l’élan des voyages scientifiques et du mouvement intellectuel de la philosophie des Lumières, le XVIIIème siècle voit se développer un goût sensible pour les Arts et la Nature en particulier. La France voit émerger, sous la Révolution, des musées à vocation pédagogique ayant comme idéal d’être accessibles à tous. Le musée des Beaux-Arts de Dunkerque s’inscrit dans cette dynamique et reflète la vitalité culturelle de son époque. Il naît très officiellement en 1838 et est inauguré en 1841, sous la houlette de maires dynamiques, porté par la mobilisation de nombreuses personnalités.

Parallèlement, le maire, François Gourdin, sollicite capitaines au long cours et voyageurs afin qu’ils rapportent des colonies étrangères des « objets exotiques ». Marins, capitaines, négociants, armateurs, collectionneurs viennent au musée apporter des objets tandis que militaires et administrateurs coloniaux procèdent à des envois en provenance de différentes contrées.

Après une succession de déménagements, l’évacuation des collections pendant les deux guerres mondiales et la destruction partielle des collections, notamment de sculptures et de peintures de grand format, pendant les bombardements de mai 1940, un nouveau bâtiment, caractéristique de son époque, est inauguré le 15 octobre 1973. Il se présente sous la forme d’un parallélépipède opaque recouvert de plaquettes de marbre avec un porche couvert par une « casquette » et aménagé sur trois niveaux. C’est à partir des années 1980 qu’est mise en œuvre une véritable politique d’acquisitions, plus particulièrement tournée vers les peintures de l’école française du XVIIe et XVIIIe siècles et des écoles du Nord. Le musée s’enrichit alors d’œuvres majeures telles Nature morte au tapis (XVIIeme siècle) et son pendant Nature morte au bas-relief antique (XVIIeme siècle) de Nicolas de Largillière, Jeune Nègre tenant un arc (XVIIeme siècle) de Hyacinthe Rigaud, Le Repas chez Simon (XVIIeme siècle) de Claude Vignon ou encore Portrait d’une famille hollandaise (XVIIeme siècle) de Jan Van Noordt. Récemment, l’œuvre de très grand format de Martin Des Batailles, Inauguration des Ecluses de Mardyck (XVIIIeme siècle) et la remarquable peinture d’Abraham Janssens l’Ancien, Noli me tangere (1620) sont venues compléter les collections.

Un nouveau projet

Dans une perspective de développement culturel et touristique du territoire, la Ville de Dunkerque s’est engagée dans une réflexion sur la redynamisation et l’attractivité de son offre culturelle. Les grandes orientations de ce projet ont été officiellement présentées le 25 mars 2015. Elles dessinent de nouvelles perspectives de travail pour les musées dunkerquois.
Parmi les futurs pôles affirmés comme fers de lance de l’offre culturelle dunkerquoise, le pôle muséal Ville-Port regroupera le futur site du musée des Beaux-Arts et le Musée portuaire dans le quartier dit de la « Citadelle » (sites actuels de l’entrepôt des tabacs et du bâtiment ex-Ocean Link, propriétés de la Communauté urbaine de Dunkerque)
L’équipe des musées s’est donc immédiatement engagée dans la redéfinition des projets de ses établissements avec pour conséquence immédiate la fermeture du musée des Beaux-Arts depuis le 1er avril 2015 dans l’optique du déménagement de ses collections au printemps 2016
L’équipe s’active en coulisses pour mener à bien trois missions :
→ récolement et préparation du déménagement
Comme tous les musées labellisés « musée de France », le musée des Beaux-Arts est tenu de poursuivre le récolement de ses collections en 2015. Sur 24 000 œuvres et objets conservés par le musée, près de 18 000 sont encore à recenser. Le conditionnement des œuvres et objets en vue du déménagement contribuera à leur assurer une meilleure conservation et facilitera le récolement ultérieur.
→ échanges autour du projet « pôle muséal Ville-Port »
Prémices d’un projet d’envergure, ces premiers échanges déterminent les conditions de réussite du projet, la méthodologie de travail et le rôle de chacun. Des questions de fond autant que de forme sont soulevées : gouvernance, cohabitation ou imbrication des projets, analyse et mise en perspective des collections, définition d’un projet scientifique et culturel, étude d’aménagement des espaces…
→ organisation d’expositions d’accrochages « hors les murs »
Quelques accrochages hors les murs sont d’ores et déjà programmés et permettent de faire rayonner les collections du musée sur le territoire :
Ces projets « hors les murs » permettent à la direction des musées d’animer et d’impliquer son réseau de partenaires. Au fil des mois, de nouveaux projets verront le jour dans des lieux attendus ou insolites.

L'Hôtel de ville nous raconte

Hors les murs du MBA à l'Hôtel de Ville de Dunkerque, Place Charles Valentin - 59140 Dunkerque

29 mai – 4 septembre

Les collections du musée des Beaux-Arts sont un miroir de l’histoire de la ville de Dunkerque et de ses rapports avec le monde.

Au gré de votre déambulation dans les couloirs de la mairie, se dévoilent des portraits de personnalités dunkerquoises et quelques vues anciennes de la ville. C'est ainsi que le magistral Débarquement de Jean Bart à Dunkerque après la bataille de Texel d'Amédée Jean Nicolas de Taverne, montrant un Jean Bart accueilli en triomphateur par les magistrats de la ville, côtoie des figures de la vie locale tels que Charles Valentin, Gaspard Malo ou l’incontournable Jean Bart..

+ Accueil spécifique par un médiateur du musée en juillet et août du lundi au vendredi de 14h à 17h
+ Journal de bord gratuit

Chefs-d’œuvre en dialogue, La peinture européenne de Bruegel à Corot

Hors les murs du MBA au musée de l'hôtel Sandelin de Saint-Omer

22 juin – 28 août

Pendant l’été, quelques-unes des plus belles toiles de la peinture occidentale conservées dans les collections du musée de l’hôtel Sandelin de Saint-Omer et du musée des Beaux-Arts de Dunkerque, s’exposent à l’hôtel Sandelin et instaurent un dialogue surprenant et inédit sur la notion de chef-d’œuvre.

Ces deux musées incontournables de la région recèlent en effet de véritables trésors, chefs-d’œuvre de la peinture, et s’associent pour vous proposer un parcours à travers les genres : paysages, portraits, scènes de genre, peintures d’histoire, natures mortes ou scènes religieuses, du XVe au XIXe siècle. Partez à la rencontre des grands noms : Bruegel, Ribera, Boucher, Corot et bien d’autres.

Des outils ludiques et interactifs permettent de mieux comprendre pourquoi l’on considère aujourd’hui ces peintures comme des œuvres remarquables et comment elles furent reçues à l’époque qui les a vues naître.

Musée de l’hôtel Sandelin, 4 rue Carnot - 62500 Saint-Omer - Tous les jours du mercredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h - 03 21 38 00 94

VISITES GUIDEES
Visite jumelée « De ville en musée » - Tous les samedis en juillet et août, 14h30 - Tarif : 5,50 € / 3,50 € / gratuit sous conditions
Sur réservation - Office de tourisme de la région de Saint-Omer : 03 21 98 08 51

Visite « Les chefs-d’oeuvre du musée des Beaux-Arts de Dunkerque » - Dimanche 10 juillet, 15h30 - GRATUIT
Par Sophie Warlop, directrice du musée des Beaux-Arts de Dunkerque - Il est conseillé de réserver - Accueil du Musée de l’hôtel Sandelin : 03 21 38 00 94

Visite accompagnée « Les mille couleurs du musée Sandelin : ouvrez la boîte noire » - Dimanche 31 juillet, 15h30 - GRATUIT
Il est conseillé de réserver - Accueil du Musée de l’hôtel Sandelin : 03 21 38 00 94

Visite Tous au musée ! « L’exposition Chefs-d’oeuvre en dialogue » - Dimanche 14 août, 15h30 - GRATUIT - Adaptée aux non-voyants
Il est conseillé de réserver - Accueil du Musée de l’hôtel Sandelin : 03 21 38 00 94

Visite de l’exposition « Chefs-d’oeuvre en dialogue » - Dimanche 28 août, 15h30 - GRATUIT
Il est conseillé de réserver - Accueil du Musée de l’hôtel Sandelin : 03 21 38 00 94

Activités

Pour toute question relative aux expositions hors les murs : 03.28.59.21.65 / www.musees-dunkerque.eu