Vous êtes ici : Accueil \ Les Musées \ Saint-Omer, Musée de l'Hôtel Sandelin

Vous souhaitez lancer une nouvelle recherche

Saint-Omer, Musée de l'Hôtel Sandelin

Le musée

Bâti au XVIIIe siècle entre cour et jardin, dans l’esprit du style classique français, le prestigieux hôtel particulier Sandelin de Saint-Omer abrite depuis plus d’un siècle de riches collections d’œuvres et objets d’art dont la sélection proposée de nos jours s’étend du XIe au XIXe siècle.

Comptant parmi les principaux Musées de France du Nord/Pas-de-Calais, il offre aux visiteurs depuis 2004, suite à un vaste chantier de rénovation et à une importante campagne de restauration, une nouvelle muséographie servie par l’établissement de 3 parcours thématiques ainsi définis : Histoire ; Beaux-arts ; Céramique.

Sur 3 niveaux, et répartis dans 21 salles, plus de 3000 pièces témoignent du riche passé de la cité audomaroise, illustrent le goût de collectionneurs des époques moderne et contemporaine et rendent compte de l’extraordinaire diversité de la production céramique, à cette même période, en Europe et jusqu’en Asie.

Dans des ambiances de crypte et de nef d’église ou à travers la restitution de cabinets d’amateurs et de salons de réception respectueux de la nature première de lieu d’habitation de l’hôtel Sandelin, les visiteurs découvrent des vestiges d’édifices emblématiques de Saint-Omer, telle l’abbatiale Saint-Bertin, des armes, des pièces d’orfèvrerie, des bois sculptés d’époque médiévale, des objets de la vie quotidienne, comme les fameuses pipes en terre cuite des fabriques audomaroises des XVIIIe et XIXe siècles, des chefs-d’œuvre de la peinture européenne et du mobilier datant du XVIe au XVIIIe siècle.

Accessible au public handicapé moteur, pourvu d’une salle pédagogique, le musée propose par ailleurs une programmation culturelle incluant des ateliers pour enfants, des visites en musique et des rencontres autour des œuvres.

L’œuvre du mois

Chaque mois, une oeuvre issue des collections de Saint‐Omer est mise à l’honneur au sein d’un espace du parcours permanent lui étant réservé.
L’occasion de redécouvrir une oeuvre peu connue du parcours de visite, d’aller à la rencontre d’une oeuvre étudiée dans le cadre du récolement ou
d’un objet valorisé suite à un prêt ou une restauration. Un moment privilégié d’observation, de rêverie et de réflexion à ne pas manquer !
A noter : chaque fin de mois, la notice de l’oeuvre du mois précédent est téléchargeable sur le site de la Ville de Saint‐Omer

Curiosités en éveil… Hervé Robillard, une vision à l’œuvre -

07 octobre 2015 – 17 janvier 2016

Du mercredi au dimanche, de 10h à 12h et 14h à 18h

Les musées de Saint-Omer ont ouvert leurs portes à l’artiste Hervé Robillard. En résidence de création pendant le printemps et l’été 2015, il présente dans cette exposition son cabinet de curiosités, son regard décalé sur les œuvres conservées en réserves et habituellement cachées au regard du visiteur. En contrepoint à cette exposition, un accrochage temporaire d’œuvres préexistantes de l’artiste vous est proposé à l’Ecole d’art de Saint-Omer.

Le mot de l’artiste

L’exposition au musée de l’hôtel Sandelin : « Artiste photographe présent dans plusieurs collections publiques - Musée La Piscine de Roubaix, Musée des Beaux-Arts de Calais, Musée de Boulogne-sur-Mer, Musée Le COMPA de Chartres, Artothèques de Vitré, Grenoble, La Roche-sur-Yon, BnF Paris, Bibliothèque de Lille – ma recherche s’est fondée sur l’idée récurrente de soumettre à ma perception des curiosités sans cesse différentes en vue de les transfigurer.

Ainsi, je me propose de revisiter une partie des collections des Musées de Saint-Omer afin d’en dégager une vision surprenante. Il m’appartiendra de cultiver ce décalage entre objet et photographie de l’objet en créant de nouvelles possibilités plastiques susceptibles de dévoiler d’autres facettes de ces pièces de collection et de les faire basculer dans l’imaginaire. Le but de ce projet est bien de considérer la chose en soi - dénuée de son appartenance première à une histoire, à une culture, à une époque - pour l’animer autrement, l’incarner dans un esprit universel et intemporel, en révéler une présence et une force qui l’érige en nouvelle icône : changement de perspective donc pour ouvrir de nouveaux champs de réflexion et de perception et emmener le spectateur pour un autre voyage... »

L’accrochage à l’Ecole d’art : « Dans le même esprit, un accrochage à l’Ecole d’Art dévoile un ensemble de propositions visuelles déjà existantes. Il s’agit cette fois de donner à voir comment fabriquer une image, non pas à partir d’un objet patrimonial, mais plutôt d’un matériau : intervention plastique donc sur la matière dans la lumière et qui se situe en amont d’un processus d’expérimentation dont le but est bien de créer une œuvre photographique. »

INTRIGO

Marie Hendriks, un univers empreint de baroque et de merveilleux...

1er février > 29 mai 2016

Artiste plasticienne, Marie Hendriks investira de février à mai 2016 divers espaces du Musée de l’hôtel Sandelin, en proposant au sein des collections permanentes des installations de plusieurs de ses créations, qui plongeront le visiteur dans un univers empreint de baroque et de merveilleux. Une rencontre surprenante qui fera dialoguer art ancien et art contemporain !

Originaire des Pays-Bas, où elle est née et a vécu jusqu’en 1992, Marie Hendriks est une artiste plasticienne, qui crée des installations en utilisant différents
supports artistiques : la photographie, la vidéo, le dessin, la sculpture.
A l’image de la diversité des techniques, matières ou encore motifs utilisés dans son processus de création plastique, ses inspirations se révèlent tout aussi riches
et foisonnantes. Ces dernières sont à la fois personnelles et universelles. Marie Hendriks traite souvent de souvenirs de son enfance passée aux Pays-Bas et en
Belgique, qu’elle associe à des légendes histoires et contes connus de tous. Les limites entre réalité et fiction s’en retrouvent donc brouillées, et laissent place
à un univers de fantaisie et d’émerveillement, empreint de mystère...
Dans un style à la fois pop et baroque, l’artiste s’emploie à jouer sur les anachronismes afin de casser les codes et de semer encore une fois le trouble, le naturel devenant surnaturel. Les origines néerlandaises de Marie Hendriks se retrouvent également dans l’esthétisme de son travail à travers son sens du détail, son goût pour les textures, des décors volontairement surchargés, la richesse des ornements, etc. Une démarche artistique sophistiquée, qui invite le visiteur à entrer dans un autre monde mêlant couleurs et ténèbres, et à laisser s’exprimer l’émerveillement de l’enfance même si c’est parfois à travers des yeux d’adulte.

Communiqué de presse (pdf - 2,33 MB)