Vous êtes ici : Accueil \ Les Musées \ Tourcoing, MUba Eugène Leroy

Vous souhaitez lancer une nouvelle recherche

Tourcoing, MUba Eugène Leroy

Le Musée

Créé vers 1860, le musée de Tourcoing s'est installé dans une galerie de l'ancienne mairie située Grand Place. Les collections s'enrichirent grâce à Charles Roussel-Defontaine, érudit et maire de Tourcoing (1857-1879) qui favorisa les achats, sollicita les dons et dépôts de l'Etat. C'est sous la mandature de Victor Hassebroucq (1861-1899) que fut accepté le legs Roussel-Defontaine.

Après la construction d'un nouvel Hôtel de Ville en 1866, le musée s'installa dans les galeries du second étage. En 1931, le Musée des Beaux-Arts fut créé au 2 rue Paul Doumer, d'après les dessins des architectes Henri et Jean Maillard : composé de l'hôtel particulier - commandité par Ch. Roussel-Defontaine à l'architecte Charles Maillard en 1865, demeure d'Albert Roussel compositeur, et cousin du peintre tourquennois Charles Roussel - auquel furent adjointes de grandes galeries typique de l'architecture des années trente, où domine la forme du carré. Les collections permanentes sont aujourd'hui en partie présentées dans les serres qui composaient le jardin d'hiver de l'hôtel particulier.

Les architectes Jean-François Bodin et Thierry Germe réalisèrent en 1993-1994 la restructuration du musée, permettant ainsi d'appliquer le projet culturel, développé depuis 1986. L’accueil de la Donation Eugène Leroy en 2009 est l’occasion d’un nouveau projet de développement du lieu (2011-2013).

Les Collections

Depuis 1992, le musée interroge le lieu comme expérimentation de l'œuvre et fait dialoguer, par des confrontations stylistiques et thématiques, l'art contemporain et l'art des siècles précédents, mais aussi les arts vivants et les arts plastiques, tout en renouvelant l'accrochage régulièrement.

Ainsi, la présentation des collections permanentes est pensée comme une exposition temporaire. La confrontation résulte d'un choix d'oeuvres majeures des collections permanentes (Louis-Léopold Boilly, Michel Bouillon, Rembrandt, Daniel Seghers et Erasme Quellinus, Jacques Des Rousseaux, Théodore Rombouts ...) à des oeuvres contemporaines (Angela Graeurholz, Felten-Massinger, Antoine Petitprez, Rémi Guerrin, Bruno Dumont, Matt Mullican, Philippe Cazal) et du 20e siècle (Martin Barré, Eugène Leroy) appartenant au musée ou en dépôt de collections publiques (Fonds national d'art contemporain, Fonds régional d'art contemporain, musées de la région et de France, Collection The British Council...).

Les questions du diaphane, de temps, de lieu, d'abstraction, du quotidien, du corps, de l'identité, du modèle... sont interrogées dans des périodes et média confondus. Une politique active d'acquisition a permis la création de salles spécifiques, dédiées à des artistes du 20e siècle : salles Jean Fautrier, Martin Barré, Antonio Semeraro. A la réouverture du musée en 1994 et avec le soutien de l'Association pour la Promotion du musée, Markus Raetz a conçu une salle spécifique (Kopf, Looking Glass et Anamorphose regardant une boule). La collection importante d'œuvres sur papier du 17e au 20e siècle a permis la création au premier étage d'un Cabinet d'Arts graphiques qui présente le Wall Drawing 659 de Sol LeWitt. Le musée se développe également en tant que musée-laboratoire et il s'ouvre à toutes les questions qui permettent d'appréhender le lieu et la création artistique. En mars 2001, après l'exposition consacrée aux collectionneurs, le musée leur a attribué une salle intitulée (collection privée)3 afin de présenter régulièrement le regard libre d'un collectionneur. Le Musée des Beaux-Arts de Tourcoing reçoit en 2009 une exceptionnelle donation de plus de 500 oeuvres d'Eugène Leroy et devient le lieu de référence du peintre, un lieu d’exposition de ses œuvres, de consultation de ses archives, enfin, un centre de recherche scientifique, artistique et historique pleinement dédié à l'artiste. Exposé dès 1956 au Musée de Tourcoing, Eugène Leroy voit ses œuvres intégrer régulièrement les collections du musée jusqu'à cette donation aujourd'hui .

Le Regard a la parole

Porter un autre regard que celui de l'historien de l'art, c'est approcher différemment l'œuvre d'art et ouvrir une réflexion sur les rapports du sensible et de l'intelligible par des rencontres entre les arts vivants - musique, danse, poésie, théâtre... L'art contemporain introduit la notion de lieu et ainsi l'œuvre d'un artiste s'approprie l'espace en le rendant lieu. Multiplicité et simultanéité sont les caractéristiques d'une création artistique où chaque discipline entretient avec les autres d'étroites relations. Le programme Le Regard a la parole se donne les moyens d'un discours d'approche et de familiarisation de l'art contemporain et développe des connexions dans un univers à la fois pictural, gestuel et musical.

ELMAR TRENKWALDER, Ornement et obsession

Du 17/04/14 au 24/11/14

Co-production du Kunstmuseum de Thurgau (CH), de la Kunsthalle de Krems (DE), du Gerhard-Marcks-Haus de Brème (DE) et du MUba Eugène Leroy de Tourcoing (FR)

Elmar Trenkwalder, Ornement et obsession est la première grande exposition rétrospective qui présente l’œuvre monumentale de l’artiste, des peintures et dessins. L'artiste crée des sculptures monumentales en céramique. Ses structures et ses architectures qui rappellent l’art flamboyant du gothique tardif, fusionnent des formes imaginaires biomorphiques, végétales et rocaille. La représentation figurative, quant à elle, est déformée, elle joue de symboles féminins et masculins qui s’agrègent. Résistant au mode de l’entreprise moderniste, Trenkwalder dresse un panorama complexe, fantastique et délirant emprunt de formes de l’histoire de l’art, des arts appliqués ou des arts populaires.

VDES - VASES DE SEVRES

17.04.2014 > 24.11.2014

La question de la forme jalonne l’histoire de la Manufacture de Sèvres depuis sa création au XVIIIème siècle. Jean-Claude Duplessis, orfèvre du roi et premier grand « designer » inscrit dans les fondamentaux de Sèvres les préoccupations du design contemporain : fonctionnalité de l’objet, inscription dans l’esthétique de son temps, adéquation de la forme au décor. Un de ses brillants successeurs, Jacques-Emile Ruhlmann, continuera ce travail tout en ouvrant la voie à de nombreuses recherches, menées depuis, par des designers et des plasticiens. La Cité de la Céramique représente l’excellence des métiers d’art et de la création en France, ses savoir-faire sont aujourd’hui uniques et se sont enrichi des contributions successives des artistes invités. Elle consacre plus de la moitié de sa production à la création contemporaine dans le but de préserver l’enjeu de la tradition et de la modernité, afin de séduire par la nouveauté, retenir par la qualité et se différencier par l’audace. Les résidences exploratoires d’artistes et de designers qui s’enchaînent depuis des décennies à la Cité de la Céramique, occupent quotidiennement plus d’une centaine de céramistes d’art, et ouvrent l’horizon sur de nouveaux territoires et de nouvelles potentialités artistiques encore inédites. Il s’agit de rencontres, de créations, de productions, de progrès tout autant que de patrimoine, de transmission et de restauration, cet ensemble s’y trouve réuni autour du terme générique de céramique. Source incessante de créativité, flamme vivante face à l’éternel, la céramique s’inscrit dans la durée, pérenne et renaissante. L’exposition propose un parcours au travers d’une double perspective : la continuité de la forme en blanc, que l’on retrouve chez Charpin, Arp ou encore Renonciat et les ruptures, qui ne sont qu’apparentes, proposées par de nombreux artistes et designers tels que Sottsass ou Biecher.

Commissariat I Evelyne-Dorothée Allemand I Yannick Courbès

COLLECTIONS PERMANENT/PROVISOIRE - UN OBJET PAS SI ENNUYEUX QUE CA, LA SCULPTURE?

17.04.2014 > 24.11.2014

La « Sculpture est ennuyeuse » pour Baudelaire (Salon de 1846) et elle est aussi « ce sur quoi l’on bute lorsqu'on se recule pour regarder la peinture » (« Sculpture is something you bump into when you back up to look at a painting") pour Ad Reinhardt, la prééminence de la peinture sur les autres arts allait de soi selon eux. Mais la sculpture, c’est aussi l’objet qui embrasse les trois dimensions, qui partage l’espace avec le spectateur, qui, par les différents matériaux utilisés à sa conception, a un pouvoir tactile évident.

Depuis la fin du XIXe et la révolution introduite par Rodin, la sculpture s’est séparée de son socle traditionnel pour s’accrocher sur les murs, flotter dans l’espace et finir par se dématérialiser.

En liaison avec l’exposition « ELMAR TRENKWALDER - Ornement et obsession », COLLECTIONS PERMANENT/PROVISOIRE - Un objet pas si ennuyeux que ça, la sculpture?, et à partir de la collection de sculptures du MUba, seront ainsi interrogées dans un parcours dynamique toutes les composantes de la sculpture : sa matière — du marbre à la simple planche de contreplaqué, du bronze à la céramique, en passant par le bois de récupération, de la fonte d’aluminium au plâtre en passant par la terre… — son accrochage — sur un socle, sur le mur, directement sur le sol, dans l’espace, ou simplement représentée… — ou son sujet — figuré, réaliste, suggéré ou abstrait…

COLLECTIONS PERMANENT/PROVISOIRE est pensée comme une exposition temporaire, dont la présentation est renouvelée régulièrement. Le parcours de l’exposition propose une déambulation au rythme des œuvres exposées autour de la question de la sculpture — peintures, dessins, gravures, photographies, vidéos, installation — selon le concept de la relation de l’art contemporain et l’art ancien.

Ces nouvelles relations apportent un nouveau regard sur les œuvres en établissant entre elles des parallèles, multipliant ainsi les lectures possibles de l’œuvre. L’exposition permet de mettre au centre la question du rapport de l’œuvre au lieu et de son expérience.

Commissariat I Evelyne-Dorothée Allemand I Yannick Courbès

LES VISAGES DU CHAMP DE BATAILLE

22 JAN. 2015 > 25 MAI 2015

Dans le cadre du projet Guerres et Paix de l’Association des conservateurs des musées du Nord-Pas de Calais, le MUba Eugène Leroy explore les Visages de champs de bataille. Le visage et le paysage comme allégories des guerres et des affrontements de l’Homme contre lui-même, concentrés d’émotions, permettent aux artistes d’inventer et de traduire leur résistance face aux conflits. Exposition laboratoire, entrelaçant les médias artistiques autant que les périodes et les sujets, Visages de champs de batailles concentre sa réflexion sur des positions esthétiques fortes, où le sujet et sa formalisation plastique se confondent, où à l’instar de Georges Braque pour la peinture : « le but n’est pas le souci de reconstituer un fait anecdotique mais de constituer un fait pictural ».

En s’attachant aux répercussions du fait historique dans l’art, l’exposition Visages de champs de bataille montre que l’œuvre, témoin de son temps, résiste à son caractère documentaire, pour atteindre une dimension universelle.

Pierre-Yves Bohm, Brassaï, Robert Morris, Raymond Hains, Jacques Mahé de la Villeglé, Pablo Picasso, Edouard Pignon, Eugene leroy, Jan Fabre, Carola Ernst, Jean Fautrier, JAnusz Stega, Xavier Noiret-Thomé, Daniel Schlier, Roel D’Haese, Maryan, Gabriele basilicO, Michael Lilin…

L'exposition s'inscrit dans l'opération "Guerres et Paix" des musées du Nord - Pas de Calais.
En savoir +

Activités

ACTIVITES JEUNE PUBLIC

SCOLAIRE :

La visite/atelier
Encadrée par un médiateur a pour but de favoriser l’émergence d’un regard curieux, amusé et interrogateur. La discussion entamée devant l’œuvre est le moment d’échange et d’apprentissage d’un certain nombre de connaissances. L’atelier est le lieu de la mise en œuvre, de manière expérimentale et ludique. L’enfant laisse place à sa propre créativité.
Le service des publics propose aux classes des écoles maternelles jusqu’au étudiant d’université un programme annuel composé de trois visites/ateliers commentés de la donation Eugène Leroy ainsi que de l’ensemble des collections permanentes et des expositions temporaires.
Visite/atelier : 1h30

La visite simple
Interactive accompagnée d’un médiateur. Une rencontre
sensible du musée, des œuvres et des expositions.
Visite simple : 1h00

EXTRA-SCOLAIRE :

Atelier des 4 saisons
Accompagné par un plasticien, les enfants sont sensibilisés à la donation Eugène Leroy, aux collections du musée ainsi qu’aux expositions temporaires en déambulant librement dans les salles d’exposition, puis en atelier, ils expérimentent des techniques variés et laissent place à leur imagination.
Mercredi : 10h-12h, 5/8 ans
14h-16h, 9/12 ans
Samedi : 14h-16h, 5/8 ans
14h-16h, 9/12 ans
Hors vacances scolaires, inscription pour l’année ou au trimestre.

Ateliers pendant vacances scolaires
Accompagné par un plasticien, les enfants sont sensibilisés à la donation Eugène Leroy, aux collections du musée ainsi qu’aux expositions temporaires en déambulant librement dans les salles d’exposition, puis en atelier, ils expérimentent des techniques variés et laissent place à leur imagination.
Stage de 3 matinées ou après-midi (lundi, mardi, mercredi)
10h-12h, 5/8 ans
14h-16h, 9/12 ans
Inscription pour les trois demi-journées.

GROUPES (MJC, centres sociaux …) :
Ateliers des 4 saisons
Avec un plasticien
Hors période scolaire : Mercredi 10h-12h et de 14h-16h.
Pendant période scolaire : Lundi, mardi, mercredi, 10h-12h et de 14h-16h

ACTIVITÉS DESTINÉES A UN PUBLIC ADULTE (individuel /groupe)

Visites

« Pause Gourmande » tous les 1er jeudi du mois de 12h30 à 13h45
Gros plan sur une œuvre ou une thématique, un mouvement de l’histoire de l’art, cette visite est suivie d’un mini atelier et d’une discussion avec un conférencier autour d’un encas

« Le temps d’une rencontre » (Dimanche après-midi)
Une fois par trimestre, l’équipe de conservation du musée des Beaux-arts de Tourcoing partage son coup de cœur et ses réflexions en cours.

« Découverte » (Chaque dimanche à 15h00 – horaire sous réserve)
Publics visés : adulte, adolescent
Rencontres privilégiées autour des collections, de la donation Eugène Leroy et des expositions temporaires.

« Coup de projecteur sur… » (Chaque dimanche à 16h00 - horaire sous réserve)
Publics visés : adulte, adolescent
L’occasion de faire la connaissance d’une œuvre ou d’une salle grâce à un conférencier.