Vous êtes ici : Accueil \ Les Musées \ Lille, Musée d'Histoire Naturelle

Vous souhaitez lancer une nouvelle recherche

Lille, Musée d'Histoire Naturelle

Le musée

Le Musée d'Histoire Naturelle de Lille se classe parmi les premiers musées de province. Créé en 1816 par la Société des Sciences, de l'Agriculture et des Arts de Lille, il est transféré à la Ville en 1855 pour servir à l'enseignement, lorsqu'est créée la Faculté des Sciences de Lille. Initialement installé rue des Fleurs, il emménage progressivement dans les locaux actuels de la rue de Bruxelles en 3 étapes successives. En 1902, les collections de géologie rassemblées par Gosselet prennent place dans la galerie, puis ce sont celles de Barrois en 1907. Le musée acquiert sa physionomie actuelle avec l'installation des collections d'histoire naturelle en 1911.

Les collections

Malgré des vicissitudes engendrées par les deux guerres mondiales, le musée n'a cessé d'accroître ses collections par des achats, des dons ou des attributions. Il est devenu aujourd'hui le dépositaire de riches collections extrêmement variées. Autour du noyau constitué par les échantillons paléontologiques, minéralogiques et zoologiques, se sont agrégées par arrêté municipal, en 1991, les collections du Musée Industriel et Commercial et en 1992, celles du Musée Moillet consacrées à l'ethnographie extra-européenne autrefois conservées au Palais des Beaux-Arts. Cet ensemble attend désormais un projet de rénovation global pour que toutes les collections puissent être exposées.

Les collections de zoologie rassemblent plus de 110 000 spécimens parmi lesquels 1500 mammifères, 15 000 oiseaux régionaux et exotiques, près de 1000 reptiles, batraciens et poissons, 5000 coquilles de mollusques, plus de 100 000 insectes et arachnides dont certains sont présentés vivants. Parmi les échantillons naturalisés se trouvent une vingtaine de représentants d'espèces disparues : grand pingouin, loup marsupial, pic à bec d'ivoire, pigeon migrateur d'Amérique du Nord…

Les collections de géologie renferment des dizaines de milliers d'échantillons paléontologiques et minéraux dont certains sont uniques au monde. Ils illustrent les anciens paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, comme les mers de corail (-400 millions d'années) et les forêts houillères (-300 millions d'années).

Textifood

Du 26 sept. 2015 au 17 janv. 2016

Dans la lignée des expositions Futurotextiles, Textifood présente des fibres issues d'espèces végétales voire animales.

Orange, citron, ananas, banane, noix de coco, ortie, café, riz, soja, maïs, betterave, lin, lotus, algues, champignons, vins, bières, coquillages et crustacés…
Textifood dans la lignée des expositions Futurotextiles présente des fibres issues d’espèces végétales voire animales, dont une partie est comestible et l’autre est utilisée pour la création textile. Textifood fait écho au thème de l’Exposition Universelle de Milan 2015 : “Nourrir la planète, énergie pour la vie”. L’exposition y a été présentée au Pavillon France / Lille Europe, au Palazzo delle Stelline, Institut Français Milano, du 1er mai au 14 juillet 2015.

Dans le cadre de Renaissance, lille3000 et le Musée d’Histoire Naturelle de Lille montrent le champ des possibles synergies des systèmes de production alimentaires et textiles. Ces fibres viennent de tous les continents. Elles sont étudiées par des chercheurs du monde entier afin de répondre aux besoins d’une planète de plus en plus responsable. Pour illustrer ces étoffes souvent méconnues, lille3000 a fait appel à des designers et stylistes conscients d’une croissance intelligente et durable des ressources de la planète et qui proposent ici des créations intégrant des fibres qui utilisent souvent les résidus des récoltes.
Des artistes comme Coralie Marabelle, Christine Phung, Design Percept, L’Herbe Rouge , A+Z design, Egide Paris, ont intégré le fruit des recherches de société textiles axées sur la chimie du végétal et le traitement de la biomasse.
D’autres ont intégré des fibres naturelles connues depuis des siècles et presque oubliées comme Eric Raisina Em Riem, Ditta Sandico, Kristian Von Forselles, Dognin, Nina Gautier…
Certains dans leurs laboratoires comme Donna Franklin & Gary Cass, Jonas Edvard, ou Orange Fiber ont créé des matières innovantes et sans aucun doute visionnaires.