AccueilActualitésNouvelles acquisitions du Musée de la Nacre et de la Tabletterie

Nouvelles acquisitions du Musée de la Nacre et de la Tabletterie

Arts décoratifs
Vie scientifique
Nouvelle acquisition
Tout public
Méru

Le Musée de la Nacre et de la Tabletterie de Méru s’est à nouveau enrichi d’un ensemble remarquable d’éventails lors de la vente aux enchères Coutau-Bégarie qui s'est tenue à huis-clos et retransmise en direct le vendredi 5 juin 2020.


Le Musée a réalisé, de manière exceptionnelle puisque dématérialisée, deux préemptions au nom de l’Etat, complétées par dix autres acquisitions.

La première préemption concerne l’éventail Didon et Enée qui possède une très rare monture en ivoire dont le montage est dit en « pagode ». Le tabletier-ivoirier a créé un réseau complexe de brins qui se croisent et forment, une fois l’éventail plié, une cage imitant l’osier.

La richesse de cette monture et sa rareté en faisait un des lots majeurs de la vente pour le musée.


La seconde préemption fut pour l’éventail Les roses épanouies dont la monture en écaille blonde est très exceptionnellement signée « N.Guy ». Selon toute vraisemblance il s’agit du tabletier et sculpteur Louis-Honoré Henneguy (actif de 1875 à 1911) qui suit les maîtres qui l’ont formé, dont Hippolyte Verry, tabletier-sculpteur à Méru et Paris, et Augustin Moreau dit Moreau-Vauthier (1831-1893). Après sa récompense lors de l’Exposition de 1900, il ouvre sa boutique au 31 boulevard de Bonne-Nouvelle à Paris et répond aux commandes des éventaillistes dont le plus fameux, Alexandre, fournisseur des cours européennes.
Le Musée de la Nacre et de la Tabletterie s’est déjà enrichi en 2019 d’une très belle monture, attribuée à Henneguy. Ici, bien que la signature soit un jeu phonétique sur la première syllabe, on peut penser sans conteste à la lui attribuer. Cette monture est enfin de premier ordre puisqu’elle fut publiée en janvier 1921 dans un article de Roger de Nereÿs, «Variations sur l'écaille», dans La renaissance de l'Art français et des industries du luxe sans que le tabletier ne soit mentionné, la reconnaissance de ces derniers commençant à peine.


Dix autres achats complètent ces deux préemptions. On notera par exemple l’arrivée au musée de la première monture en nacre blanche du XVIIIe siècle qui permet d’illustrer le travail des tabletiers avant l’intervention de l’éventailliste. Autre domaine, avec l’achat de l’esquisse préparatoire de Charles-Emile Wattier (1800-1868) qui vient enrichir le fonds d’art graphique du musée. La feuille est signée et porte le titre manuscrit «L'Embuscade». A l'emplacement de la gorge il est précisé «Exécuté pour Alexandre et/acheté par Lord Granville». Spire Blondel mentionne cette feuille dans son ouvrage de référence, «Histoire des éventails (...)» en 1875.


Le dynamisme des acquisitions du musée ne s’était pas arrêté avec la période du confinement puisque le 22 avril dernier, il s’enrichissait chez Tajan d’un pendentif en corne signé René Lalique représentant une libellule, typique de son oeuvre tabletière.

En savoir plus
Didon et Enée, vers 1740
Didon et Enée, vers 1740
  • 51, rue Roger Salengro
    60110
    Méru
    03 44 22 61 74
    03 44 22 07 52

Pour tout commentaire ou demande de renseignements, contactez directement le musée .

Les champs marqués d'un * sont obligatoires