AccueilArts et éducationLa Remise du Livre et de l’épée

Rois de Juda

Anonyme
Dernier quart du XIIIe siècle
Pierre calcaire, traces de polychromie
H. 82 cm ; L. 53 cm ; H. 79 cm, L. 30 cm ; H. 86 cm ; L. 60 cm
Inv. M.P.992.4.22 ; M.P.2005.4.249 ; M.P.2005.4.250
Picardie, chantiers de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens
Eléments de voussure
Provenance : portail central de la façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens
Dépôt de l’Etat, 1856
Amiens
Statue Rois de Juda
© Hugo Maertens, Musée de Picardie, Amiens

Ces sculptures fragmentaires étaient jadis, à la fois, éléments d'architecture et supports du décor sculpté. Il s'agit plus précisément d'anciens claveaux de voussure. Elles proviennent du septième cordon de voussure du portail central de la façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens. Ces figures en haut relief représentent toutes un personnage assis portant une barbe et une couronne. Ceux-ci enlacent de leurs deux bras les tiges feuillagées symbolisant l'arbre de Jessé. L'art chrétien utilise le symbole de l'arbre de Jessé pour figurer la généalogie du Christ et de la Vierge.
En lien avec arbre de Jessé « Une tige sortira de la racine de Jessé, et une fleur montera de sa racine » (Isaie, X, I, 10). Ainsi commence la célèbre prophétie d'Isaie, du règne du Christ. Pour les commentateurs médiévaux, la tige symbolise la Mère de Dieu et la fleur le Christ lui-même. L'évangile de Matthieu commence par l'évocation de la généalogie du Christ (Matt., chap., 1, 1-17).
Ce thème est associé à la cathédrale d'Amiens et à celui du Jugement dernier représenté au tympan.
Il s'agit donc ici de trois des rois de Juda faisant partie de la série de vingt-huit monarques, entremêlés d'une guirlande de feuillage, qui composent l'arbre de Jessé de la cathédrale d'Amiens. Des rois précis ne sont pas identifiables ici. Comme la plupart d'entre eux, ces exemplaires ne portent aucun attribut qui permette de les distinguer des autres.


En très mauvais état, les trois statues furent démontées et remplacées par des copies lors des travaux de restauration menés par Viollet-le-Duc à la cathédrale d'Amiens vers 1850. Les œuvres ont ensuite été déposées au Musée de Picardie à une date indéterminée. Elles furent exposées dans les niches bordant la cour de l'édifice avant 1901 et ce jusqu'en 1982.


Elles sont aujourd'hui exposés toutes les trois depuis 2008 dans les salles du musée et ont fait l'objet d'une restauration archéologique : les morceaux manquants n'ont pas été restitués, les ragréages et les assemblages anciens ont été conservés. Après la restauration, des traces minimes de l'ancienne polychromie sont à nouveau visibles à la surface de la pierre, soit à l'œil nu notamment au niveau des visages et du feuillage, soit à la loupe binoculaire à l'encolure du vêtement d'un des trois rois.
Si l'unité de style et d' iconographie de la façade d'Amiens est remarquable, les sculptures sont assez inégales tant du point de vue du style que de la qualité d'exécution particulièrement dans les voussures. Cette analyse de la manière de traiter les yeux, le modelé du visage ou encore les drapés, observée lors du récent chantier de restauration de la façade occidentale peut également s'appliquer aux trois rois de Juda. Il apparait avec évidence que ces trois œuvres soient attribuables aux mains de trois sculpteurs différents.

Françoise Lernout
Conservateur du patrimoine
Avec le concours du service éducatif des musées d'Amiens, Pascale Guy et Françoise Morel

En savoir plus

Compléments pédagogiques